La S.P.A. de Lyon et du Sud-Est, c’est l’accueil et le secours aux animaux en détresse.

Sa priorité : l’adoption des animaux en attente d’un foyer. Créée en 1853 et reconnue d’utilité publique en 1893, elle est la plus importante association de protection animale du Rhône.

Une SPA indépendante

La S.P.A. de Lyon et du Sud-Est est une association indépendante et autonome.

Il n’y a pas de S.P.A. nationale, avec un siège et des filiales. Il existe en France plusieurs centaines d’associations de protection des animaux autonomes, ayant dans leur dénomination le sigle S.P.A., qui agissent concrètement dans leur région.

Ambitions de l’association

Son action s’étend sur toute la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a pour but :

  1. de protéger les animaux et améliorer leur sort ;
  2. de développer les sentiments de sympathie et d’humanité dans les rapports de l’homme avec les animaux ;
  3. de récompenser les personnes qui, par leurs écrits et leurs actions, contribuent à la protection des animaux contre toute souffrance ;
  4. d’éduquer les jeunes et les adultes en vue d’une meilleure connaissance des animaux et de leurs besoins ;
  5. de participer à l’élaboration de textes de lois et arrêtés qui protègent les animaux ;
  6. de poursuivre devant les tribunaux les auteurs de mauvais traitements ;
  7. d’aider les propriétaires d’animaux qui disposent de peu de ressources ;
  8. de prendre en charge les animaux en péril ou en souffrance et leur venir en aide par tous les moyens appropriés.

Sans relâche, elle lutte contre la souffrance animale à travers différentes missions :

Recueillir tous les animaux perdus et abandonnés

De nombreux animaux, principalement chiens et chats, mais aussi lapins, furets, cobayes, chèvres… sont accueillis chaque année au refuge de Brignais (69).

Ces animaux ont des statuts différents :

  • Animaux trouvés

Il s’agit de chiens et chats trouvés errants sur la voie publique par des particuliers ou par des Polices Municipales. Ils sont gardés pendant 8 jours ouvrés et francs (délai fixé par la loi) à la disposition de leurs propriétaires. Une fois ce délai écoulé, si les maîtres ne sont pas venus les chercher, ils peuvent être proposés à l’adoption.
Dès leur arrivée au refuge, le vétérinaire recherche une identification éventuelle. Si l’animal est identifié par puce électronique ou tatouage, son propriétaire est prévenu dans les plus brefs délais grâce aux informations enregistrées par le fichier national d’identification des animaux (I-CAD) avec lequel nous sommes en contact direct.

  • Animaux abandonnés

Ce sont ceux dont les maîtres ne veulent plus, qu’ils confient au refuge en signant un acte d’abandon. Ceux-là peuvent être adoptés, immédiatement après avoir été vaccinés et identifiés.

Tous les animaux sont examinés dès leur entrée par nos vétérinaires puis régulièrement pendant leur séjour. Ils sont placés vaccinés, identifiés et, pour les chats de plus de 6 mois, stérilisés.


Porter secours aux animaux maltraités

Notre association réalise près de 700 enquêtes pour maltraitance sur animaux par an.

Le plus souvent, ce sont des témoignages nous signalant des animaux mal nourris, qui vivent dans des conditions déplorables, laissés à l’abandon ou battus. Chaque cas est pris au sérieux.

Pour les cas les moins « graves » relevant de la négligence ou de l’ignorance de la législation applicable, un de nos inspecteurs se rend sur place et après discussion avec les personnes mises en cause, dans une grande partie des cas obtient de ces derniers de manière amiable qu’ils se mettent en conformité avec la loi.

Dans les autres cas (refus de coopérer ou lorsque les personnes ne tiennent pas leurs engagements), nous effectuons, grâce au rapport circonstancié de nos inspecteurs, les diligences nécessaires auprès des autorités compétentes pour signaler les faits ou orienter les plaignants pour effectuer ces démarches.
Pour les cas les plus graves, nos enquêteurs peuvent être amenés à prendre en charge l’animal, dans la limite de leurs attributions et de la légalité, éventuellement avec l’assistance des forces de police ou de gendarmerie.

Il faut en effet savoir que nous ne pouvons nous substituer aux autorités qui ont pouvoir pour effectuer des enquêtes judiciaires ou dresser des procès verbaux. Par contre, nous leur apportons autant que possible notre aide. Ainsi, les investigations menées par nos inspecteurs sont transmises ainsi que les informations qui pourraient être nécessaires.

De ce fait, dans de nombreux cas, les fautifs sont verbalisés ou convoqués  pour répondre de leurs actes, sur instruction des Procureurs de la République, devant les services de police ou les maisons de justice ou les tribunaux pour les actes les plus graves.

Cela peut cependant parfois prendre du temps entre le moment où les faits nous sont signalés et le moment où une condamnation est prononcée ou une personne verbalisée.
En effet, souvent une enquête de police remise ensuite au Procureur pour qu’il décide des suites à donner aura été nécessaire. Il faudra ensuite attendre que le procureur décide de renvoyer le dossier ou non devant un tribunal à une date qu’il fixera. Nous ne sommes malheureusement pas maîtres de ces délais.

Lorsque les responsables des faits dénoncés ne sont pas identifiés, les délais peuvent être encore plus longs. Parfois même aucune poursuite ne pourra être diligentée faute de savoir qui poursuivre exactement ou de preuve de la culpabilité…

C’est pourquoi, il est essentiel lorsque vous nous signalez des faits de maltraitance, d’être le plus précis possible. Sans preuves (constatations, témoignages), il est très difficile d’agir !


Un service Animaux perdus/trouvés

Joignable 6 jours sur 7, la SPA de Lyon propose un service gratuit dédié aux animaux perdus et trouvés.

Chaque jour, grâce à l’intervention de l’équipe de ce service et à la centralisation d’informations, de nombreux animaux perdus sont retrouvés par leur propriétaire


Programme S.O.S. Détresse

Pour leur éviter un désolant abandon, nous prenons en charge les animaux des personnes isolées, sans ressources, en difficulté passagère (hospitalisation, incarcération).

Le chien, le chat, sont placés dans une pension privée, les frais de garde, de soins et de nourriture de l’animal étant alors assurés en partie ou totalité selon les cas par la S.P.A. de Lyon, aidée par des « parrains », en attendant que la situation de leur maître s’améliore.


Aide aux soins

Grâce à un accord avec les vétérinaires du Rhône, les personnes ne disposant pas des ressources nécessaires pour faire soigner leur animal malade ou blessé, peuvent faire appel à nos services, sous certaines conditions, pour obtenir une aide à la prise en charge ponctuelle des frais vétérinaires. Ainsi, les animaux pourront bénéficier de soins d’un praticien expérimenté dans une clinique bien équipée.

Dans tous les cas, un dossier préalable doit avoir été déposé et accepté auprès de nos services.


Stérilisation des chats libres

La S.P.A. de Lyon agit concrètement sur le terrain depuis de nombreuses années pour contribuer à la stérilisation de chats errants afin d’éviter la naissace de chatons voués à un triste sort.

Depuis 2012, ce sont plus de 9 000 chats errants qui ont ainsi été stérilisés par la S.P.A. de Lyon, puis remis en liberté dans leur quartier d’origine.

A savoir !

L’appellation SPA est utilisée depuis plus de 100 ans (sous l’impulsion du Général de Grammont) par diverses associations protectrices des animaux pour définir leur activité. Ces associations ont toutes le même objet et sont inspirées du même souci de protection des animaux. Un certain nombre, comme la SPA de Lyon, bénéficie de la Reconnaissance d’Utilité Publique.

L’appellation Société Protectrice des Animaux (SPA) est générique et non susceptible d’appropriation ainsi que la Cour de cassation a eu l’occasion de le rappeler en 1981. Ces associations locales de proximité agissent concrètement sur le terrain.

Soutenir l’association de sa région permet de suivre sur place ses actions et de connaître son fonctionnement.